Ce Vendredi 23 janvier 2015 est une date qui marquera l’histoire du RAPP.

Depuis maintenant plusieurs mois, le RAPP est interdit de salle municipale. Il est empêché dans son fonctionnement par Denis Lopez, maire de Pompignac, qui a décrété :

Justice marteau

  • Que le RAPP est une association délictueuse car elle a soutenu la liste dirigée par Francis Massé « La force du renouveau » aux dernières élections municipales. Est ce en soi un délit ?
  • Que le RAPP est de ce fait une association à caractère politique et qu’à ce titre, elle ne peut se réunir dans une salle municipale hors période électorale car susceptible de commettre des troubles à l’ordre public. Pourquoi ce procès d’intention, arbitraire et sans fondement.

Il n’en n’est rien, bien sûr !! Excédé par cet abus d’autorité de la part d’un maire habitué plus à l’arbitraire qu’à la contradiction démocratique, le RAPP s’est trouvé contraint de déposer une requête en Référé Liberté auprès du Tribunal Administratif, le mercredi 21 janvier 2015. Cette requête a été jugée recevable et l’audience s’est déroulée le lendemain, jeudi 22 janvier 2015. Raphaël Jouannaud pour le RAPP et Denis Lopez pour la Mairie de Pompignac étaient présents dans la salle d’audience pour défendre leurs arguments.

Une fois de plus, non seulement Mr le maire ne respecte pas la loi, mais plus grave, il réécrit la sienne en l’estimant légitimée. Il est tout de même bien regrettable que Denis Lopez, premier magistrat de la commune, garant de nos libertés fondamentales, ait dû se voir notifier, par un juge, de les respecter. Cette décision, qui s’impose sur le fond, oblige à une relation nouvelle sur Pompignac. Nous le souhaitons réellement. Car Pompignac le mérite !

 

Retrouvez l'article complet en cliquant sur le lien suivant : Le RAPP reconnu dans ses droits !