“La loi ne m’impose ni la transparence, ni la démocratie...”

C’est par ce titre que l’on peut résumer le conseil municipal du 12 novembre dernier. Le maire Denis Lopez ne fera avancer la transparence et la démocratie dans notre commune que si et seulement si la loi le lui impose... C’est bien triste pour les Pompignacais et cela ne grandit pas l’image du premier magistrat de la commune ! Bien sûr il n’est pas dans l'illégalité. En revanche cela en dit long sur sa vision de la démocratie locale. Pompignac se distingue malheureusement par rapport à toutes les communes de notre CDC, qui, elles, ont su mettre en place des commissions municipales constituées d’élus majoritaires et d’opposition et qui laissent un droit de parole aux élus d’opposition dans leur bulletin municipal. Sur ce dernier point la réponse du Maire à la question de Vincent Gibelin est assez révélatrice. Il déclare que les élus “La force du renouveau” n’auront droit à une tribune libre dans le Mensuel de Pompignac que s’ils ne contredisent pas les positions et décisions de la majorité municipale. Bref ! Rien de nouveau ! Il faut penser comme le Maire pour avoir le droit de s’exprimer! Encore une belle leçon de démocratie ...

Une question récurrente: « Pourquoi notre premier magistrat a-t-­il autant de difficulté avec la transparence? »